.:: APES - Association Parisienne d'Etudes Spirites ::.
•  vendredi 22 septembre 2017
Document sans titre


Accueil


Qu'est ce que l'APES?

Mission

Comment y arriver?

A la une

Qu'est-ce que le spiritisme?

Messages Spirites

Allan Kardec

               - L'homme
               - Ses pensées

Bibliothèque de l'APES

Où trouver les livres spirites

Encyclopédie Spirite

Conseil Spirite International

Les Medias Spirites

Sites Historiques

Autres Groupes

E-mail

Emploi de la fortune

L’homme étant dépositaire, le gérant des biens que Dieu remet entre ses mains, il lui sera demandé un compte sévère de l’emploi qu’il en aura fait en vertu de son libre arbitre. Le mauvais emploi consiste à ne les faire servir qu’à sa satisfaction personnelle ; au contraire, l’emploi est bon toutes les fois qu’il en résulte un bien quelconque pour autrui ; le mérite est proportionné au sacrifice que l’on s’impose. La bienfaisance n’est qu’un mode d’emploi de la fortune ; elle soulage la misère actuelle ; elle apaise la faim, préserve du froid et donne un asile à celui qui n’en a pas ; mais un devoir tout aussi impérieux, tout aussi méritoire, consiste à prévenir la misère ; c’est là surtout la mission des grandes fortunes par les travaux de tous genres qu’elles peuvent faire exécuter ; et dussent-elles en tirer un profit légitime, le bien n’en existerait pas moins, car le travail développe l’intelligence et rechausse la dignité de l’homme toujours fier de pouvoir dire qu’il a gagné le pain qu’il mange, tandis que l’aumône humilie et dégrade. La fortune concentrée dans une main doit être comme une source d’eau vive qui répand la fécondité et le bien-être autour d’elle. O vous, riches, qui l’emploierez selon les vues du Seigneur, votre cœur, le premier, se désaltérera à cette source bienfaisante ; vous aurez en cette vie les ineffables jouissances de l’âme au lieu des jouissances matérielles de l’égoïste qui laissent le vide dans le cœur. Votre nom sera béni sur la terre, et quand vous la quitterez, le souverain maître vous adressera le mot de la parabole des talents : « O bon et fidèle serviteur, entrez dans la joie de votre Seigneur. » Dans cette parabole, le serviteur qui enfouit dans la terre l’argent qui lui a été confié, n’est-il pas l’image des avares entre les mains desquels la fortune est improductive ? Si cependant Jésus parle principalement des aumônes, c’est qu’en ce temps-là et dans les pays où il vivait, on ne connaissait pas les travaux que les arts et l’industrie ont créés depuis, et auxquels la fortune peut être employée utilement pour le bien général. A tous ceux qui peuvent donner, peu ou beaucoup, je dirai donc : Faites l’aumône quand cela sera nécessaire, mais autant que possible, convertissez-la en salaire, afin que celui qui la reçoit n’en rougisse pas.

(Communication dictée par L’Esprit Fénélon, Alger, 1860)
Extrait de l’Evangile selon le Spiritisme, chapitre XVI «On ne peut servir Dieu et Mammon»




Esprit Lacordaire Bien et mal souffrir
Un Esprit Protecteur Ne sache pas ce que donne la droite
Esprit Joseph La Foi
Esprit Lazare Le Devoir
Esprit Ferdinand Mission de l’homme intelligent sur la terre
Esprit Lazare L’affabilité et la douceur
Esprit Lazare Obéissance et résignation
Un Esprit Protecteur La colère
Esprit Hahnemann La colère II
Paul apôtre Pardon des offenses
Esprit Joseph L’indulgence
Esprit Dufêtre L’indulgence II
Esprit Lazare La loi d’amour
Esprit Fénelon La loi d’amour II
Esprit Sanson La loi d’amour III
L’Esprit Pascal L’égoisme
Esprit Elisabeth de France Charité envers les criminels
Esprit Lammenais Charité envers les criminels
Esprit Fénelon La haine
Esprit Sœur Rosalie La charité matérielle et la charité morale
L’Esprit Fénélon Emploi de la fortune
Document sans titre
« Nous devons apprendre à vivre ensemble comme des frères, sinon nous allons mourir tous ensemble comme des idiots. »

Martin LUTHER KING
(1929 - 1968)


.:: APES - Association Parisienne d'Etudes Spirites ::.
2006 © APES. Paris, France.